Les jardins de la poésie

Tu baisses vivement la tête

Lorsque je m’essuie de toi qui coules de moi

Qu’il est dure ce rythme des premières fois

Nous sourions

Nous ne parlons pas

Il n’y a rien d’autre entre nous que cette chaleur nouvelle

Celle de nos désirs conféssés

Enfin, nos impatience pour la première fois depuis mes maternité.

Ken-kaneti

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :